Diversité commerciale, une occasion manquée

Diversité commerciale, une occasion manquée

Après l’occasion manquée du mois de décembre, c’est maintenant en terme d’action pour la diversité commerciale que la mairie a loupé le coche.

Un coiffeur a en effet cessé son activité à la fin de l’année 2008.L’emplacement en plein centre-ville est idéalement situé et aurait pu être préempté par la mairie afin d’y installer un autre type de commerce (on compte en effet plus d’une dizaine de salons de coiffure sur la rue Maurice Thorez et une autre activité aurait été la bienvenue). Même si l’exercice du droit de préemption des baux commerciaux nécessite d’avoir préalablement défini une zone d’intervention, la municipalité n’a semble-t-il pas jugé bon d’intervenir. Dommage quand dans son programme municipal elle annonçait vouloir “Renforcer et diversifier l’offre commerciale”.

Ce billet ne vise bien évidemment pas les nouveaux coiffeurs à qui je souhaite la bienvenue (et à qui je fais de la pub avec ce billet). J’aurais simplement préféré que les locaux soient rachetés pour y installer un autre type de commerce.

Il est vrai que l’expérience ratée du rachat de la boulangerie place du marché a peut-être stoppé les ambitions. Les locaux ont été rachetés il y a plus d’un an et sont toujours vides.