Guérir en consommant mieux ses médicaments et en adoptant les bonnes pratiques

D’une certaine manière, on pourrait dire que les maladies sont inhérentes à l’existence. Mais avec les avancées scientifiques réalisées dans le domaine de la médecine, il nous est désormais possible de traiter les troubles, les traumatismes et les infections d’une manière plus efficace. Néanmoins, il nous arrive de nous demander si les médicaments utilisés n’ont pas d’autres effets que ceux prévus par les spécialistes. En réalité, tout dépend de la façon dont on les consomme. Grâce à quelques bonnes habitudes et quelques pratiques complémentaires, les traitements vont mieux agir et on pourrait se sentir rassuré dans l’usage de chaque produit pharmaceutique.

Une prise de médicament soignée et consciencieuse

Après avoir reçu l’ordonnance, entendu les consignes des médecins et acheter les médicaments en ligne, nous avons tendance à agir automatiquement et à attendre que les choses se fassent d’elles-mêmes. Et pourtant la prise des cachets et pilules ne doit pas être un simple réflexe puisqu’il s’agit bien ici de s’assurer qu’on soit bien guéri. C’est même pour cette raison qu’on entend souvent les disciples d’Esculape nous donner quelques conseils avant de partir dont les fameux « buvez beaucoup d’eau » et « respectez les doses prescrites ».

Peut-être que ces recommandations semblent trop classiques, mais quand on y réfléchit, elles sont vraiment essentielles. Un volume d’eau important permet, en effet, de bien diluer les substances contenues dans les cachets et d’éviter qu’elles ne deviennent un problème pour notre estomac. Il facilitera aussi le travail des reins dans l’élimination des résidus.

La prise régulière quant à elle s’explique tout simplement par le fait que la concentration de médicament doit être suffisante dans l’organisme afin que le traitement puisse être effectif. Et bien sûr, il y a le fameux cycle chronobiologique du corps qui fait qu’il y ait un minimum de temps requis pour que les éléments soient bien absorbés. On peut donc facilement comprendre les raisons de bien soigner sa prise de cachets et d’être conscient que c’est dans notre intérêt de respecter les consignes.

La médecine douce, une alternative à ne pas oublier

Il arrive que notre organisme ne supporte pas certaines substances contenues dans certains médicaments. Ou que l’on soit dans l’impossibilité de suivre le traitement parce qu’on est enceinte, qu’on doit allaiter ou qu’on veut éviter les interactions avec d’autres médications. La médecine douce devient alors une solution absolument à prendre en considération. Il ne s’agit pas ici de ces remèdes de grands-mères qui ne sont pas pour autant si mauvais, mais dont on ignore les véritables effets.

Ce type de traitement est également proposé sur les plateformes des pharmacies en ligne. Ce qui signifie que leur usage est vraiment prescrit. Les tisanes et huiles essentielles sont souvent les plus connues. Mais on oublie parfois les supports homéopathiques comme les granulés, les pommades et les ampoules. Il y a aussi ceux qui sont élaborés à base de plantes médicinales et utilisent le principe de la phytothérapie. Ces médicaments se déclinent la plupart du temps sous forme de thés ou de petites gélules.

Leave a comment

cinq + onze =