Qu’est-ce que l’œnotourisme ?

Qu’est-ce que l’œnotourisme ?

Encore appelé tourisme vitivinicole et œnologique, l’œnotourisme consiste à allier tourisme et découverte des régions viticoles et de leur production. Secteur en plein boom en France, il dynamise l’économie des régions concernées, représentant plus de 10 000 caves visitées chaque année et 10 millions de touristes. Zoom sur l’œnotourisme.

L’œnotourisme : de quoi et de qui parle-t-on exactement ?

L’œnotourisme s’inscrit comme une forme de tourisme à thème, attirant une clientèle en quête de connaissances plus approfondies et sensibles à l’univers du vin. Il s’agit, pour la plupart, d’individus cherchant à donner du sens à leurs vacances, d’épicuriens qui aiment déguster et acheter du vin, d’experts souhaitant en savoir plus sur la culture d’un terroir et d’explorateurs friands de nouveautés. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’œnotourisme ne concerne pas uniquement les connaisseurs. En revanche, les œnotouristes sont plus nombreux que le reste des français à consommer du vin régulièrement, 75% d’entre eux étant des consommateurs réguliers appréciant le vin.

L’œnotourisme concerne essentiellement les personnes de plus de 55 ans, qui représentent un tiers des œnotouristes. Des clients issus de CSP supérieures, voire élevées, possédant un pouvoir d’achat en conséquence.

La France est aujourd’hui la première destination touristique mais aussi le premier producteur de vin au monde. On trouve, à travers l’Hexagone, 66 départements possédant un vignoble, parmi lesquels sont recensées 10 000 caves touristiques attirant plus de 10 millions de touristes par an, dont une majorité de Français (61%). Parmi les touristes étrangers, on trouve essentiellement des œnotouristes venus de Belgique et du Royaume-Uni.

Le marché de l’œnotourisme

Entre 2009 et 2016, la fréquentation œnotouristique en France a connu une progression de plus de 30 % en termes de nombre de visiteurs. Des voyageurs qui ont dépensé en France, au cours de cette période, 5,2 milliards d’euros, 58 % de ces dépenses provenant d’œnotouristes français. Les retombées économiques de ce type de tourisme sont conséquentes : en moyenne, 1 256€ sont dépensés au cours d’un séjour œnotouristique, dont 240 € pour l’achat de vin sur place.

La vigne et le vin sont des thèmes qui s’inscrivent dans un socle économique, environnemental, culturel et gastronomique comme le souligne Le Petit Ballon, service d’abonnement mensuel de box de vins. Autant de thématiques qui promettent à l’œnotourisme d’avoir de beaux jours devant lui, contribuant à l’activité économique et au développement du tourisme dans de nombreuses régions françaises.

Leave a comment

dix-neuf + quinze =